Adieu Gary Cooper – Romain Gary

Publié le 22 novembre 2010 sur mon blog

J’ai attendu avant de me plonger dans ce Gary. Je l’avais là tout prêt à être dévoré, mais il fallait que ce soit le bon moment, en effet, lire Gary est toujours un rendez- vous à ne pas manquer. Et je n’ai jamais été déçue. Et là encore j’ai été complètement charmée par l’écriture de Gary, qui est pour moi le plus grand.

L’auteur

On ne présente plus Romain Gary. J’ai déjà dit tout le bien que je pensais de lui là.

Adieu Gary Cooper fait partie de la comédie américaine avec Les mangeurs d’étoiles et j’y ai retrouvé le même ton et le même humour tendre et amer. C’est pour moi Romain Gary à son meilleur.

Ce que le livre raconte

Romain Gary dresse ici le portrait de la jeunesse des années 60. On y croise Lenny, un « ski bum » ou clochard des neiges (Ski bum est d’ailleurs le titre original de ce roman tout d’abord écrit en anglais par Gary). Un « ski bum », c’est un gars qui se quitte pas ses skis et qui erre de stations en stations, sans projet.

Lenny est jeune, américain, il a fui son pays pour ne pas faire la guerre du Vietnam et il se balade avec une photo de Gary Cooper dans la poche, car c’est son héros. Et sa hantise, c’est Madagascar (le symbole de tous les malheurs). On le suit dans les stations suisse avec ses skis à la main, à travers ses rencontres (des personnalités plus ou moins farfelues, mais toutes en rupture avec la société), à travers ses errances et sa peur bleue de l’engagement.

En parallèle, on suit les traces de Jess, la fille du consul américain à Génève, un autre milieu, un autre style. Elle est entourée d’une bande de bourgeois révolutionnaires.

Quand les deux, Lenny et Jess vont se rencontrer et tomber fous amoureux, tout leur monde va voler en éclats.

Ce que j’en ai pensé

Ce n’est pas tant l’histoire qui est importante à mon sens ici. L’histoire est un simple prétexte pour nous dresser le portrait d’une génération, et quel portrait. C’est une génération désabusée, en rupture avec le passé, mais qui ne sait comment regarder l’avenir.

Ce qui est aussi le plus remarquable ici c’est la langue de Gary, c’est sa capacité à créer une langue absolument magnifique, pleine d’un humour ravageur. Quel style, quelle liberté de ton, quelle intelligence. Il y a toujours ce second degré sous jacent. J’ai passé mon temps à sourire, à être en admiration devant la beauté de sa langue et à corner des pages et des pages.

Extraits

C’est fini, Gary Cooper. Fini pour toujours. Fini, l’américain tranquille, sûr de lui et de son droit, qui est contre les méchants, toujours pour la bonne cause, et qui fait triompher la justice et gagne toujours à la fin. Adieu l’Amérique des certitudes. Maintenant c’est le Viet-nam, les universités qui explosent, les ghettos noirs. Ciao Gary Cooper.

———–

Bug , sans le savoir, leur avait ramené un hippy, et s’il y avait une chose que les clochetons, les vrais de vrai, avaient en horreur, c’était les hippies qui étaient tous des fascistes, enfin, des types qui voulaient sauver le monde, bâtir une nouvelle société, chiasse de merde.

————-

L’Amérique, c’est un pays qu’on connaît sans y aller, parce que c’est entièrement exportable, on trouve cela dans tous les magasins.

————-

Un cœur brisé, un lac, les mouettes : on ne fait pas mieux, comme mauvaise littérature. D’ailleurs, depuis Tchekhov, les mouettes étaient devenues des clichés tellement éculés qu’on s’étonne qu’elles puissent encore voler.

————–

Non, il y a tout de même un gars qui a réussi. Charlie Parker. Un jour, il s’est dit, je vais bâtir un monde différent, et il a pris sa trompette et il s’est mis à jouer.

Ce livre terminé, j’ai envie de retrouver l’écriture et l’univers si riche de Gary. Je ne sais quel sera le prochain… Peut être Chien Blanc.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s